Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • De la démocratie et de ses miettes...

    La Grèce demande à son peuple l'examen des propositions formulées par ses créanciers.

    Ô scandale, Ô manque de courage politique, Ô atteinte à l'idée européenne...

    Certains arguments peuvent s'entendre à ce sujet, à condition qu'ils proviennent de la bouche de personnes qui ont une méfiance viscérale de l'appel au Peuple et de ses conséquences.

    Que l'on soit démocrate au sens de démocrate uniquement par la représentation élue du peuple, ou démocrate par la mise en place d'un régime mixte qui définit les rôles de chacun dans les choix à poser pour le Pays ne me gêne absolument pas et les arguments pour s'opposer à un référendum trouvent leurs fondements rationnels et leurs lettres de noblesse.

    Il est possible de les contester, de les nuancer, d'en montrer les limites...tout cela relève du domaine prudentiel de la Politique et du débat légitime sur les institutions.

    Mais que des personnes ayant scandé dans la rue pendant une année "Referendum sur le mariage pour tous" s'émeuvent désormais d'un appel au peuple d'un dirigeant démocratiquement élu en suivant béatement les ordres du président des Républicains ou une croyance mystique en la beauté de l'idée européenne me laisse pantois.

    Soit on admet alors qu'en présence d'une crise grave dans un État engageant l'avenir du Pays seul le peuple doit trancher, soit on admet que le Président élu doit prendre ses responsabilités, mais on ne peut pas faire les deux à la fois en fonction des circonstances.

    Si encore les arguments avancés ces derniers jours sur la grise grecque reposaient sur une défense des intérêts de la France (ou de l'Europe pour les convaincus)...

    Là encore je pourrai entendre que la France (ou l'Europe), n'a pas d'intérêt à ce que la Grèce fasse défaut et/ou sorte de la zone euro.

    Mais justifier cette position légitime (bien que je ne la partage pas), par des arguments relatifs à l'appel au peuple d'un dirigeant démocratiquement élu ne répond pas au fond du problème d'une part, et fausse même carrément le fond du débat.

    Justifier également cette position par l'argument d'autorité suprême consistant à affirmer que Tsipras est d'extrême gauche donc dangereux donc stupide est également une merveille de démagogie.

    Encore faudrait il en effet nuancer cette phrase en n'oubliant pas qu'il gouverne en coalition avec un parti souverainiste...de droite, qui aurait très bien pu le mettre en minorité sur cette question.

    Car le fond du débat sur la Grèce n'est pas l'appel au peuple.

    Le fond du débat est celui de la souveraineté des peuples et notamment du peuple grec qui, il y a à peine deux siècles, se soulevait face au joug ottoman pour affirmer son indépendance et sa foi orthodoxe.

    Le fond du débat est celui de la capacité de ces mêmes grecs à rembourser une dette qui tue leur économie.

    Le fond du débat est le fonctionnement des autorités européennes, de la construction européenne elle-même et du système financier dans lequel nous vivons...

    Sur tous ces sujets on demeure hélas à un niveau bien faible...

    Il est vrai qu'il est médiatiquement plus intéressant de débattre sur les petites anecdotes des négociations, les punchlines des dirigeants politiques et la faiblesse morale des dirigeants grecs.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Le cas LAMBERT ou la démonstration d'un système qui tourne mal

    La CEDH vient d'autoriser ce vendredi 5 juin 2015 l'arrêt de la nutrition et de l'hydratation de Vincent LAMBERT par 12 voix contre 5.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/06/05/97001-20150605FILWWW00114-vincent-lambert-la-cedh-valide-la-decision-d-arreter-les-soins.php

    La décision est donc sans appel et fait craindre un avenir sombre pour les pays membres.

    J'avais déjà démontré dans plusieurs notes la logique qui préside à la CEDH, notamment sur le cas LAMBERT.

    - http://leblogdepinkernes.hautetfort.com/archive/2014/12/05/un-petit-kafka-pour-le-dessert-5504511.html

    -http://leblogdepinkernes.hautetfort.com/archive/2014/06/26/dieu-nous-garde-de-l-equite-de-la-cedh-5399369.html

    Prochaine étape: la reconnaissance du mariage homosexuel obligatoire dans tous les Etats...

    Cela devrait arriver assez rapidement eu égard aux législations qui se multiplient depuis deux ans en Europe sur ce point.

    Bienvenue en tyrannie!