Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Message aux citoyens catholiques.

Article d'actualité à destination des électeurs catholiques de mon ami Caujac

Il y a un article de Témoignage Chrétien qui tourne sur les réseaux sociaux, intitulé « La mémoire courte des catholiques français », et qui défend l’idée que le vote Front national ne peut pas être catholique. L’article est d’une telle malhonnêteté qu’il appelle une réponse.

Le premier argument développé est l’idée selon laquelle « l’accueil de l’étranger est au cœur de l’enseignement de Jésus ». Quelques lignes plus haut, l’auteur reprochait aux catholiques tentés par le vote Front national d’avoir une lecture extrêmement sélective de l’Evangile. Ah !? Et dire que l’accueil de l’étranger est « le cœur du message chrétien », ce n’est pas une vision étriquée de l’Evangile ?

L’accueil de l’étranger fait partie du message du Christ, au même titre que la consolation des malheureux, le respect de la liberté, la nécessité de l’humilité, le devoir d’ensevelir les morts, de pardonner les offenses, etc. Mais résumer la Révélation divine à une des sept œuvres de miséricorde corporelle est, pour le coup, plus que sélectif, d’autant que le catéchisme de l’Eglise catholique lui-même dit : « Parmi ces [œuvres de miséricorde], l’aumône faite aux pauvres (-et non pas l’accueil de l’étranger, N.D.L.R.-) est un des principaux témoignages de la charité fraternelle… » (§2447 du CEC).

Le cœur du message chrétien, c’est le Christ lui-même, ou, à la limite, ce que le Christ répond lorsque qu’un docteur de la loi lui demande quel est le plus grand commandement : «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Mt, XXII, 37-39).

J’ajouterai que « l’étranger », dans l’Evangile, n’est pas nécessairement celui qui n’a pas la même nationalité que moi. C’est d’abord l’inconnu, qui peut-être mon voisin. Et puis c’est bien gentil d’essentialiser « l’étranger » mais j’aimerais aussi qu’on m’explique ce que doit être un bon accueil de l’étranger par un Etat, selon Témoignage chrétien, et pourquoi celui proposé par le Front national ne lui convient pas.

Le plus malhonnête dans ce premier argument est de faire croire que d’un extrait (tronqué) des Ecritures, on puisse extraire une loi morale absolue qui s’impose, quel que soit le contexte, à une communauté humaine. En ce sens, Témoignage chrétien ne vaut pas mieux que les créationnistes qui s’accrochent à une interprétation littérale de la Bible. L’accueil de l’étranger doit s’inscrire dans un ordre de la charité. A la première place : l’amour de Dieu, puis vient l’amour de son conjoint et de ses enfants, puis celui des proches, etc. Normalement, tous ces actes de charité sont liés et de l’amour de Dieu, jaillit une cascade d’amour qui vient féconder toutes nos relations et tous nos actes. Mais si l’accueil de l’étranger, par exemple, vient compromettre mon service de Dieu et de ma famille, mon devoir est de le reconsidérer. Que je sache, ni le Christ, ni l’Eglise, ni les rédacteurs et les lecteurs de Témoignages chrétiens n’ont dit un jour qu’une famille devait accueillir chez elle et à jamais tous les inconnus qui frappent à sa porte. Il en va de même pour une nation.

Toute la question est alors de savoir si l’accueil de l’étranger, dans la situation actuelle, met en péril l’ordre de la charité. Et nous arrivons à la question centrale celle de la liberté et de la responsabilité des enfants de Dieu. Tout d’un coup, nous sortons du débat strictement théologique pour rejoindre l’ordre de la politique. C’est-à-dire que, dans les limites du magistère de l’Eglise, le catholique peut exercer sa liberté et, en conscience, poser un choix politique. Un catholique peut chercher le bien commun et respecter le magistère, en considérant –par exemple- que l’immigration doit être réduite ; tout comme il peut chercher le bien commun et respecter le magistère, en considérant que l’immigration doit continuer telle quelle.

En refusant cette liberté aux catholiques (et en opposant faussement l’Evangile et l’identité comme il est de mode chez certains) Témoignage chrétien se comporte comme Civitas et cette Eglise de « l’ordre moral » qu’il condamne dans la suite de l’article. Sous son apparence d’opposition à l’autorité de l’Eglise, Témoignage chrétien fait preuve du plus pur cléricalisme, en réclamant que tous se soumettent à leur interprétation de l’Evangile et à leur interprétation de la situation politique.

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur les considérations historiques de la suite de l’article et on pourrait aussi rappeler que Témoignage Chrétien a soutenu les terroristes du FLN pendant la guerre d’Algérie, mais il se fait tard, alors peut-être une prochaine fois. Amicalement dans le Christ.

Caujac

Les commentaires sont fermés.